3 décembre 2013 – The Legend of Zelda : A Link Between Worlds

A-Link-Between-Worlds-art-610x343

Le dernier épisode de la saga Zelda dans le calendrier de l’avent de Podcastination, comme c’est étonnant. Ce qui paraît classique pour certains, ne l’est absolument pas pour moi. C’est un fait, je n’ai jamais réussi à apprécier les épisodes de Zelda auxquels j’ai pu jouer. Le dernier a m’être tombé des mains n’est autre que le remake 3DS de Ocarina of Time. Le feeling ne passait tout simplement pas. Et pourtant, après avoir jouer à ce nouvel épisode, je me dis que j’ai du vraiment passer à côté de quelque chose.

Forcément la réussite graphique qu’est A Link Between Worlds permet de rentrer beaucoup plus facilement dans un jeu de ce calibre, avec un côté acidulé très sympa. La 3D est également magnifique et fait que l’on y joue plus souvent avec la fonction activée. Les environnements parachèvent ce qui est une vraie réussite avec une diversité toujours bienvenue, et permettant au joueur d’évoluer dans les meilleures conditions pour prendre du plaisir à jouer.

C’est certainement dans cette volonté de proposer au joueur de rentrer directement dans le jeu que les objets et autres armes sont à louer (et plus tard, à acheter, si vous le souhaitez) auprès du marchand, Lavio, qui viendra squatter chez Link. Cela apporte une vraie liberté pour traverser l’aventure comme bon vous semble. L’idée est bonne et évitera au joueur d’être bêtement bloqué alors qu’il ne sait plus par quel bout reprendre l’aventure.

Et comme le boulot est fait jusqu’au bout, le gameplay est redoutable. Une accessibilité sans faille, que ce soit dans les mouvements et l’utilisation des armes, il prend tout son essor dans les donjons. Leur construction est très intelligente, et leur résolution d’autant plus gratifiante que la solution n’est pas évidente de prime abord.

Le travail sur l’ambiance musicale est également très important, avec de nombreuses reprises de piste de l’épisode Super Nes, mais aussi des musiques travaillées spécialement pour le jeu. On prend un plaisir non feint à rédécouvrir Hyrule dans cette nouvelle configuration, à savoir un monde qui n’a pas beaucoup changé en presque 20 ans, accompagné d’une musique différente mais pas que.

Si une vingtaine d’heures est nécessaire pour terminer la quête principale, les à-côtés sont suffisamment intéressants pour que l’on s’implique dans leur réalisation. Ne serait ce que la quête des ti’gorneaux qu’il faudra retrouver sur la carte et les rapporter à leur mère, avec des améliorations à la clé.

Un vrai bon jeu plein d’accessibilité, très joli (même si le chara design en fera tiquer plus d’un), avec du challenge pour qui souhaite refaire une partie en mode difficile), un calibrage des énigmes digne d’un Portal, le dernier épisode de la série « The Legend of Zelda » a clairement tout pour lui et pour vous faire passer un bon moment. Et la musique fera le reste quand il s’agira d’éteindre la console.

Romain

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s