10 Décembre 2013 – Fire Emblem Awakening

fire emblem awakening

J’ai découvert Fire Emblem de la même manière que bon nombre de joueurs français, c’est-à-dire à la sortie de Fire Emblem 7 sur Gameboy Advance. Ce fut un de mes meilleurs souvenirs sur GBA, bien que, et j’en suis le premier étonné, je n’aie jamais terminé Sacred Stone (Fire Emblem 8, donc). J’ai donc longtemps apprécié cette série en n’y ayant assez peu joué (je n’ai au final terminé que Fire Emblem 7 et Path of Radiance).

Cependant, j’ai eu l’occasion de mettre la main sur Fire Emblem Awakening, sur 3DS donc, et en ai profité pour replonger un peu dans cette série de jeux tactiques.

Comme on dit chez nous, «  ce fut le vortex  ».

Première chose, il y a beaucoup de personnages, plein de classes, et donc un nombre astronomique de possibilités auxquelles s’ajoute celle de créer son propre personnage. Et tant qu’on est dans les personnages, le design du jeu est toujours aussi soigné, un véritable modèle sur bien des plans (mais pas tous, mes hommages à Nowi qui cristallise à peu près tout ce que j’exècre en terme de chara-design à la japonaise).

Je reconnais volontiers avoir été inquiété de prime abord en voyant le système d’assistance, qui permet à d’autres personnages que ceux engagés dans une joute d’intervenir. Un doute qui se révélera n’être absolument pas fondé, puisque au final ce système, combiné à la gestion des relations et affinités entre les différents personnages bien propre à la série, permet des choix stratégiques intéressants. Même si l’on n’est pas à l’abri de quelques abus avec certaines combinaisons.

Repris de Fire Emblem 8, la possibilité de se déplacer sur une carte entre les missions est toujours la bienvenue, car elle permet de s’attaquer à de nombreuses quêtes annexes, de revisiter des lieux pour entraîner ses petits bonhommes , ou tout simplement de faire ses emplettes. Du contenu téléchargeable gratuit est également présent, ajoutant quelques missions à la fin du jeu (et du contenu payant aussi, mais c’est une idée pourrie, donc je n’en parlerai pas).

J’ai joué au jeu directement en Difficile, voulant faire le malin. Et force est de constater que ça n’a pas duré. Cependant, après avoir refait une partie en difficulté normale pour faire le tour des quêtes et essayé la difficulté maximum (qui est atroce), je suis convaincu que le niveau Difficile est parfait pour ce jeu. Le jeu n’est pas insurmontable, mais demandera de se creuser la tête, et donnera lieu à de beaux moments de bravoure  !

J’ai donc au final beau chercher, mais je ne vois pas de défaut majeur à ce jeu. La 3D des combats moins sympa que l’auraient été des sprites de qualité, peut-être, mais on s’y fait au final plutôt bien. J’ai passé de très longues heures sur le jeu, comme ça ne m’était pas arrivé depuis un bon moment. La liberté qu’on a dans l’évolution des personnages, les scénettes que l’on débloque pour améliorer leurs relations, et l’intelligence des missions m’en ont convaincu après seulement quelques heures de jeu  : Fire Emblem Awakening, c’est génial.

Lugar

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s