18 décembre 2013 – Mario et Luigi Dream Team Bros

Mario-and-Luigi-Dream-Team-Bros-artwork

Il n’est certainement pas le jeu qui a été le plus mis en avant dans le catalogue de la Nintendo 3DS en cette année 2013. Et pourtant, Mario & Luigi Dream Team Bros vaut clairement son pesant de cacahuètes. On y rentre sur la pointe des pieds, sur la base d’un nouvel enlèvement de la princesse Peach, mais on y passe beaucoup de temps avec gourmandise.

La surprise vient du genre, le RPG, dans lequel Mario n’est pas le plus présent. Et pourtant avec la série des Mario & Luigi, commencée sur Game Boy Advance avec Mario & Luigi Superstar saga, et continuée ensuite sur Nintendo DS et 3DS, Alphadream, le studio derrière la série, a su démontrer tout son savoir faire en la matière. La recette reste la même, on avance dans les différents environnements bucoliques du royaume Koussinos. On met KO des ennemis au tour par tour. On gagne de l’expérience, et on s’en va battre les boss.

Si la recette semble simple, le studio de développement a su diversifier au possible les confrontations entre les frères Mario et le bestiaire des ennemis, mélangeant du connu comme du jamais vu. Entre les combats dans le monde réel, les combats dans le monde des rêves et enfin la version Mecha Luigi – présent lors de trop rares séquences – il y a de quoi faire. Et oui, Luigi devient le personnage central de l’histoire, même si Mario n’est jamais trop loin. C’est grâce à lui que l’on peut aller dans le monde des rêves, via son sommeil instantané. C’est également lui qui se transformera et se multipliera pour diversifier les attaques liées avec Mario.

Graphiquement, il est très joli et bénéficie d’un effet de profondeur agréable (ce qui est suffisamment rare pour être souligné). Il est aussi plein de personnalité, entre les réactions des deux frangins, prêt à tout pour faire baisser le prix des objets à acheter ou encore les dialogues avec les différents PNJ. Les phases de plate formes reprennent les dynamiques de ce que l’on connaît chez Nintendo, tout en rajoutant de nouveaux mouvements qui se font via l’entraide des frères.

L’ambiance du titre à l’image des territoires traversés, diversifiée et agréable à vivre (agréable, une fois que les ennemis ont été défaits bien sûr). Les musiques respectent bien le tout, et surprise du chef, sont disponibles au sein d’un « juke box ».

En fin de compte, un jeu qui méritait amplement d’avoir sa place au sein des meilleurs jeux de 2013, tous supports confondus. Et cerise sur le gateau, le défi est de taille puisqu’on en voit la fin qu’au bout d’une quarantaine d’heures.

Romain

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s