19 Décembre 2013 – Tiny Barbarian DX

tiny barbarian dx

Personnellement, j’adore Conan le Barbare. J’ai vu le vieux film un bon nombre de fois, et la dernière BD sortie est vraiment top (bon par contre j’avoue ne jamais avoir lu les livres, faudrait que je m’y mette).

Alors du coup quand j’ai vu Tiny Barbarian DX, j’étais plutôt content. Comprenez-moi, dès la scène d’intro, on est accroché à un arbre, et on doit bouffer un vautour pour manger. Et en plus de ça, on doit casser la tronche d’un sorcier-serpent pour libérer une princesse en défonçant tout ce qui se trouve dans son palais  ! Cette brève description de l’histoire du jeu parlera probablement à ceux qui ont vu le film de John Milius, tant les deux histoires sont proches.

Tiny Barbarian se présente donc sous la forme d’un jeu de plate-forme à l’ambiance très Sword & Sorcery (pour ceux qui ne seraient pas familier avec ce terme, comprendre grosses épées, sorciers méchants et princesses à moitié à poil) à l’esthétique 8 Bits. Une esthétique plus très originale de nos jours, mais qui a le mérite d’être ici plutôt soignée, et servie par une ambiance propre à un genre malheureusement bien trop peu exploité dans le jeu vidéo. Le tout est agrémenté de musiques tout aussi rétro que les graphismes, mais là encore réussies.

Venons-en au jeu en lui-même, qui est tout bête  : on court, on saute, on tape, on s’accroche… classique quoi. Mais fort heureusement, l’architecture des stages est ingénieuse, et nécessite un minimum de dextérité et de réactivité. En clair, c’est simple, mais diablement efficace. Un point intéressant du jeu est la présence d’un chronomètre tout le long de la partie  ; car si le jeu est court, c’est pour pouvoir être mieux refait, encore et encore à la recherche du meilleur temps, ou du meilleur score.

Cependant, sa longueur reste à relativiser. Premièrement parce que le 100% est peu évident, la faute à 40 diamants sacrément bien dissimulés dans les différents stages. Et deuxièmement, comme l’indique l’écran de sélection du jeu, si le jeu ne comporte qu’une aventure pour le moment, quatre autres arriveront par la suite, et ce gratuitement pour peu que l’on ait déjà acheté le jeu. Et à supposer que ces nouvelles quêtes du petit barbare baraqué soient à la hauteur de la première, on aurait alors peu de raison de se plaindre de l’intérêt de ce petit jeu indépendant qui, à défaut de ne pas révolutionner l’industrie, de mettre en avant un gameplay émergent ou que sais-je encore, est juste bien foutu, amusant et efficace.

Et comme moi, le jeu de plate-forme rétro me botte tout autant que l’ambiance Fantasy old-school, j’ai craqué. Car les jeux originaux, c’est bien, mais les bons jeux, c’est quand même mieux.

Lugar

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s