Calendrier de l’avent // 3 décembre : Cowboy Bebop

cowboy bebop

Attaquons nous à un des grands classiques des séries d’animation japonaise. Attaquer est un bien grand mot, puisque nous allons parler de chasseurs de primes, qui ont besoin de prendre l’initiative s’ils ont envie d’avoir quelque chose dans le fond de leur assiette. Sorti en 1998 au Japon, cette production Sunrise a su passer l’épreuve du temps pour rester encore aujourd’hui une référence. Vous en verrez beaucoup des nostalgiques revenant avec joie sur ce qu’était cette série, mélangeant pop culture et musique jazzy. D’ailleurs, la série ne répond pas à un seul genre mais en génère à chaque épisode, allant du western, au space opéra en passant par la comédie. Cette passion pour la musique transparait dès les titres des épisodes, nous donnant du Sympathy for the devil, Bohemian Rapsody. Même dans les termes, on retrouve du funk, du boogie woogie, de la samba. Bref, ce mélange des genres à tout point de vue a généré un véritable OVNI comme on en voit que très rarement aujourd’hui encore.

L’histoire se batit sur la rencontre de 5 personnages hauts en couleurs et venant d’univers tellement variés qu’il serait difficile de comprendre le lien qui les unis au premier abord. Spyke, Faye, Jet, Ed et Ein ont chacun leur histoire et on comprend que cette association ne durera qu’un temps, le temps de 26 épisodes (et d’un film).

La musique reste la cerise sur le gateau de cette série. Le travail de Yoko Kanno et de son groupe les Seatbelts est encore difficilement atteignable aussi bien sur le nombre de pistes que sur la qualité de l’OST. Remplissant 3 belles galettes, elle répond parfaitement à la forme et au fond auquel elle fait face . Du jazz, au hard rock en passant par le classique, beaucoup pourront vous dire que cette musique les a marqué, avec en premier lieu le morceau Tank !! qui fait office de générique de début.

Mais ce n’est pas celui-ci que je vais vous faire écouter sur la playlist de Podcastination. Il s’agit du morceau Space Lion. Durant plus de 7 minutes, il sert d’approche finale à l’épisode 13 qui marque un tournant par son septiscisme et sa mélancolie, dénotant complètement avec le début de la série, davantage jovial et dynamique. Moment clé de la série, il nous permet d’en apprendre plus sur le passé de Spyke et le destin qui l’attend.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s