Calendrier de l’avent 2015 // 02 : Mon voisin Totoro

monvoisintotoro01

Doit-on encore présenter Totoro ? Cette énorme créature, aussi étrange que calinable est devenu au fil des ans un symbole. D’abord celui de Ghibli, studio d’animation de son père Hayao Miyazaki, pourvoyeur de chef d’oeuvre depuis toujours, mais surtout symbole de rêve à travers le monde.

Tout le monde se souvient évidemment de cette scène fantastique de l’arrêt du bus, ou Mei et Satsuki, attendant leur car sous la pluie, découvrent médusées un Totoro s’installant à côté d’elle. La formidable mise en scène nous fait découvrir en même temps que Satsuki cette peluche géante, dont les mimiques nous attendrissent obligatoirement, et dont la présence nous fait basculer dans l’onirisme.

Car c’est la tout la force de ce film qui nous placent dès le début dans un contexte difficile (la maladie de leur mère et le déménagement), mais qui, crescendo, va nous montrer les éléments de l’invisible. C’est d’abord Mei, la plus jeune des soeurs qui va s’ouvrir à ces créatures. C’est ensuite Satsuki, la plus “adulte” donc sceptique, qui finit via la scène de l’arrêt de bus et la balade en Chat Bus, par ouvrir les yeux et discerner l’indicible, le monde des rêves.

Et c’est bien là le but de cette histoire, faire découvrir aux plus jeunes, et rappeler aux plus grands, que le rêve fait partie de nos vies et qu’il est parfois bon de le laisser s’insérer dans notre réel.

Et par les temps qui cours, il est agréable de s’en souvenir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s