Calendrier de l’avent 2015 // 14 : Garfield

Garfield-strip-16

Démarrée le 19 juin 1978 (un lundi, de façon assez ironique), Garfield est une série de courts gags, généralement en trois cases, que vous connaissez probablement tous donc je vais arrêter la genèse ici. Juste un truc : c’est ma BD préférée, tous genres et nationalités confondus. Truc avec de l’humour, Chkao est super-pour. Désolé pour la rime.

Sous le coup de crayon rôdé de Jim Davis, désormais âgé de 70 ans, Garfield, Jon Arbuckle (son maître), Odie (son pote chien idiot – pléonasme, dirait-il) et une myriade d’autres personnages plus ou moins présents font des ravages à travers le monde, armés d’un humour oscillant de façon indistincte entre le cynisme et le saugrenu.

Le ton direct et loufoque de la BD me colle invariablement de grands sourires sur la tronche. Le sens de la répartie des personnages (Garfield en tête, bien sûr) est mordant, et ils se fendent par moment d’une remarque juste sur l’absurdité de la vie.

Les gags peuvent parfois se suivre de façon chronologique tout au long d’une semaine. Oui, parce que je l’ai pas dit, mais Jim Davis nous pond un mini-comic de Garfield par jour, ceci avec une régularité qui force le respect. Les dérogations à ce rythme sont à ma connaissance très rares, si l’on excepte l’arrêt prématuré de la série à la fin des années 70 par le Chicago Sun-Times, qui provoqua un immense tôlée auprès de ses lecteurs. Bref, des fois, les gags se suivent, et je ne peux que m’incliner devant l’imagination intarissable de Jim Davis qui a toujours des idées (et des bonnes) sur ces thèmes récurrents depuis près de 40 ans.

On trouve donc pèle-mêle : Garfield qui se fait le juge et le bourreau des araignées de la maison, la stupidité crasse d’Odie, les émissions TV aux concepts tous plus navrants les uns que les autres, les régimes du chat qui se font dans la souffrance, les lundis, les siestes, les réveils, les râteaux monumentaux de Jon, les lasagnes, le snack-bar insalubre d’Irma, l’insupportable Nermal (le chaton le plus mignon du monde)… et la liste se fait très longue, et n’a ni queue ni tête comme vous pouvez le constater.

Et, parmi ces thèmes, il y a… Noël. Tous les ans (impressionnant, hein ?). Et à cette période, nous avons un Garfield impatient que la période des cadeaux arrive, un Jon dont la maladresse étend son ombre sur les décorations, et surtout, beaucoup d’amour. Parce que sous sa couche apparente de grais… de cynisme, Garfield nous aime fondamentalement. Et via des strips dérogeant à l’humour acéré de la série, il nous dispensera des messages de joie et d’affection, pour ne pas nous faire perdre de vue l’amour du prochain.

Bonus de Noël, TOUS les strips de Garfield sont accessibles gratuitement et légalement en ligne sur https://www.garfield.com/ . Le site est mis à jour quotidiennement, et présente le dernier strip en date. Cadeau !

Ha, et sinon, la série a connu une première série animée (qui aligne les gags originaux en tentant de les lier les uns aux autres), deux films live (consternants), et une récente série d’animation en 3D plutôt destinée aux jeunes enfants. Bref, Garfield, préférez-le en BD.

Chkao (@Chka0)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s